[Dossier QVT] Team-Building : quelle place pour le manager ?

[Dossier QVT] Team-Building : quelle place pour le manager ?
Share on Google+0Share on LinkedIn1Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Cet article fait partie de notre dossier complet Tout sur le Team-Building !

Pas évidente, cette question. La finalité du Team-Building est de renforcer la cohésion et la fluidité dans l’équipe.

Si le manager reste en dehors, les collaborateurs, dans certains exercices, pourront se sentir évalués.

Si le manager est un participant comme les autres, il peut y avoir un risque de confusion.

S’il est seul leader, il reste chef ; s’il est co-leader avec le consultant recruté pour l’occasion, celui-ci peut être perçu comme faire valoir, chargé de passer les messages à la place du chef.

Evidemment, il n’y a pas de recette ni de solution miracle, ça se saurait ! Mais voici quelques garde-fous intéressants à considérer :

  • Préciser d’entrée de jeu la place du manager vis-à-vis des collaborateurs, en expliquant pourquoi ;
  • A choisir, le manager fera la conclusion plutôt que l’introduction. Il aura envoyé au préalable un mail décrivant ses objectifs ;
  • Le manager pourra compléter certains débriefs ;
  • Il participera aux séquences concernant la fluidité des relations inter-personnelles, sans forcément être le premier à commencer ;
  • Pendant les calages intermédiaires avec le consultant (si consultant il y a), il s’assurera qu’ils sont bien isolés de l’équipe ;
  • Pendant les exercices ou les temps d’échanges, il évitera de parler en premier ou en dernier.

Article précédent : Un Team-Building pour aire bouger des fonctionnements ?

Source de l’image à la Une

Share on Google+0Share on LinkedIn1Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page