Bien-être au travail : savoir distinguer stress et émotions

Bien-être au travail : savoir distinguer stress et émotions
Share on Google+0Share on LinkedIn71Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

En évoquant le stress comme le pire ennemi du bien-être au travail, on a souvent tendance à englober sous le même vocable des émotions et des réactions très différentes et qui n’ont pas toujours un effet négatif sur l’organisme humain. En effet, il convient de distinguer ce qu’on appelle familièrement le coup de stress, et plus scientifiquement le stress aigü, et qui est une réaction de défense à une stimulation de l’organisme face à un enjeu imminent (challenge, prise de parole en public, etc..) d’un stress plus chronique mais aussi plus durable, généré par une accumulation de situations quotidiennes dans lesquelles l’individu se sent inadapté et dépassé. 

Même si les manifestations symptômatiques de ce dernier type de stress sont souvent beaucoup moins spectaculaires et mémorables que celles du coup de stress, ses ravages sur l’organisme humain sont en revanche bien souvent plus importants et plus difficiles à réparer.  

 

Le coup de stress, un vecteur de réalisation ?

 

Comparable au trac que peut éprouver un acteur avant d’entrer en scène ou un sportif avant de réaliser une performance, le coup de stress d’un collaborateur avant de prendre la parole devant un public, ou avant de lancer un nouveau produit sur le marché est en réalité un état émotionnel assez particulier mais qui procède d’autres mécanismes que le stress à proprement parler. Même si physiologiquement les réactions de l’organisme sont assez proches de celles du véritable stress, à savoir une poussée d’adrénaline qui fait battre le coeur à 100 à l’heure, qui noue le ventre, accélère la respiration, le laps de temps de cet emballement est cependant beaucoup plus bref et sans conséquence fâcheuse pour l’organisme. Cette sorte de crescendo traumatique met tout l’organisme en alerte, accroît sa concentration et sa vigilance et il serait même bénéfique et nécessaire pour optimiser ses performances et faire des progrès.
Après une montée de stress et surtout si la prestation est réussie, un sentiment de bien-être et de satisfaction envahit l’individu et accroît son estime de lui-même. Sans aller jusqu’à dire qu’il faudrait provoquer ces coups de stress, ils peuvent être cependant extrêmement salutaires pour l’individu même s’ils sont a priori difficiles à gérer. La préparation et la relaxation sont des stratégies thérapeutiques à envisager en cas de de manifestations trop violentes ou d’ états émotionnels chaotiques qui empêcheraient l’individu de réaliser sa prestation. La plupart du temps, ce stress ne perturbe que très peu la prestation ou de manière tout à fait anecdotique, c’est-à-dire sans gêner la transmission.

 

Le stress chronique, beaucoup plus destructeur

 

En revanche, le stress provoqué par un inconfort répété face à des événements très déplaisants où l’individu perd le contrôle de la situation et ne parvient plus à s’adapter naturellement, est beaucoup plus destructeur pour l’organisme. Physiologiquement, la réponse du corps est aussi plus sanglante : le système endocrinien confronté à cette situation de malaise réagit en envoyant en masse des corticoïdes qui peuvent atteindre le cerveau et des régions sensibles du corps provoquant douleurs et troubles psychiques. Le stress peut rendre malade au sens propre du terme et surtout s’il est couplé à un terrain familial qui le favorise : des manifestations comme l’eczema, l’hypertension artérielle, l’asthme, la céphalée, l’ulcère ou le burn-out peuvent découler d’un stress chronique. Ce type de stress n’est pas du tout bénéfique pour l’organisme, en aucun cas. Il convient, autant que faire ce peu de le combattre dans l’entreprise. Nocif pour l’individu, il est aussi très dommageable pour les relations dans l’entreprise et pour le bien-être de manière générale.
Pour le combattre et éviter qu’il ne détériore la bonne ambiance et la productivité de l’entreprise, plusieurs solutions peuvent être mises en place.
Des séances de sport pour évacuer progressivement les tensions et apprendre à se relâcher, des ateliers de pensée positive pour apprendre à s’appuyer sur les succès plutôt que sur les échecs, des horaires aménagées à la carte pour permettre à chacun de suivre son rythme, des séances de yoga ou de relaxation pour apprendre à prendre du recul et à relativiser, des ateliers de diététique pour encourager les collaborateurs à prendre soin de leur santé, des journées bien-être pour informer les collaborateurs. Toutes ces solutions faciles à mettre en oeuvre dans l’entreprise permettent de lutter efficacement et sur du long terme contre la prolifération du stress dans l’entreprise.


Crédit photo :
Flickr / Ross G. Strachan 

Share on Google+0Share on LinkedIn71Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

JaimeLeLundi http://www.jaimelelundi.com
JaimeLeLundi est le magazine 100% dédié à la Qualité de Vie au Travail et au Mieux-Vivre en Entreprise. N'hésitez pas à nous contacter pour partager vos points de vue !

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page