Technique pomodoro : une seule tâche à la fois !

Technique pomodoro : une seule tâche à la fois !
Share on Google+0Share on LinkedIn18Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Voilà une technique de planification bien étrange et à contre-courant de nos méthodes modernes plutôt caractérisées par l’obsession du multi-tâches.

Cette technique, baptisée ”pomodoro” (tomate en italien) et imaginée à la fin des années 80 par un étudiant italien (Francesco Cirillo), consiste à utiliser un minuteur (en forme de tomate ou pas) pour planifier des périodes de concentration intense d’une durée de 25 mn pendant lesquelles on se focalise sur une seule tâche, ces sessions à durée limitée sont entrecoupées de petites périodes de 5 minutes où l’on met son esprit au repos complet.
De cette manière, l’esprit travaille plus intensément et plus efficacement sans être perturbé par l’environnement ou toute autre distraction. Pour se transformer et progresser, l’esprit a besoin de discipline, et c’est un peu la leçon de cette méthode Pomodoro.

 

La technique Pomodoro dans le détail

 

Pour vous lancer dans l’aventure Pomodoro, munissez-vous d’un minuteur, d’un simple crayon et d’une feuille de papier (le crayon et la feuille de papier peuvent aussi être remplacés par un fichier excell ou word).

Etablissez un planning des différentes tâches que vous avez à accomplir et déterminez le nombre de sessions de 25 minutes dont vous avez besoin pour chaque tâche. Commençez par la première tâche, lancez le timer et commençez à travailler sans vous interrompre avant les 25 minutes, le tic tac répétitif du timer doit vous servir de fil conducteur et dès que le timer sonne, interrompez votre concentration même s’il ne reste plus que quelques secondes pour terminer votre tâche. Pendant 3 à 5 minutes, faites un break total où vous ne faites rien de stimulant : de la relaxation et de la détente.

Relancez ensuite le timer et faites votre deuxième session de 25 minutes en continuant votre première tâche ou en en commençant une autre si la première est terminée. Reposez-vous 3 à 4 minutes et repartez à l’aventure !
Après vos quatre sessions de 25 minutes, faites une pause plus longue, environ 15 à 30 minutes. N’oubliez pas de bien noter (ou de saisir dans votre fichier informatique) tout ce que vous avez fait pendant ces sessions de 25 minutes, vous serez très surpris de la quantité de travail que vous arrivez ainsi à accomplir.

 

Une gestion stricte du temps pour favoriser la concentration

 

Cette méthode de gestion du temps qui peut sembler stricte et trop contraignante car indépendante de l’humeur ou des impondérables d’une journée de travail, est en réalité une méthode qui emprunte le chemin assez classique de la réussite : celui de la discipline. Comme les grands musiciens ou les grands danseurs qui deviennent des maîtres en répétant les mêmes exercices plusieurs fois par jour, et qui font de la discipline un allié pour progresser et se transformer dans le temps, les personnes qui utilisent cette méthode utilisent le temps et des sessions répétées de concentration pour maîtriser certaines difficultés plus facilement et avancer.

 

C’est aussi une méthode très rationnelle pour atteindre son objectif : plutôt que de se laisser décourager par un objectif qui semble trop loin, inatteignable, il est préférable de découper le temps qui nous sépare de cette échéance pour le rendre moins impressionnant et aussi moins paralysant. Le fait d’accumuler les sessions et de voir toute le travail accompli en parallèle permet de se motiver et de ne pas se décourager devant la route qu’il reste à accomplir. La durée de 25 minutes représente la période de concentration moyenne du cerveau humain, celle où il a la capacité de se concentrer sans faillir. Les périodes de pauses permettent de relâcher la pression et d’évacuer le stress qui peut s’accumuler. C’est donc une méthode qui sous des airs improvisés est au contraire mûrement réfléchie.

 

Une productivité accrue ?

 

Cette méthode serait donc capable de booster la productivité grâce à une gestion contrôlée du temps qui devient un allié et plus un ennemi à abattre. Ce qui souvent fait baisser la productivité (la fatigue, le stress, le manque de méthode) se trouve éliminé grâce à cette gestion contrôlée du temps. Grâce aux temps de repos réguliers et contrôlés, le cerveau peut souffler, s’oxygéner et se régénérer et éviter certains dysfonctionnements liés à la fatique et qui rendent le travail peu efficace. Il repart aussi dans chaque nouvelle session frais et disponible, optimisant ainsi son efficacité.
Grâce à la relaxation, à la danse ou à toute autre activité de détente, le stress est évacué du corps très régulièrement, de manière presque chronométrée et ne s’accumule pas dans l’organisme pour venir parasiter les périodes effectives de travail.
Grâce au caractère disciplinaire du travail, le cerveau s’organise mieux car il est sollicité de manière régulière, il se conditionne et se prépare en quelque sorte et du coup l’individu est aussi plus efficace à la tâche.
Sous une allure un peu militaire, cette méthode est donc au contraire à l’écoute des besoins physiologiques du corps et du cerveau humain et permet vraiment de travailler efficacement et longtemps sans fatigue.

 

Crédit photo : Flickr / Jussi Linkola

Share on Google+0Share on LinkedIn18Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

JaimeLeLundi http://www.jaimelelundi.com
JaimeLeLundi est le magazine 100% dédié à la Qualité de Vie au Travail et au Mieux-Vivre en Entreprise. N'hésitez pas à nous contacter pour partager vos points de vue !

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page