[Dossier QVT] La conciliation des temps par Florence Loisil

[Dossier QVT] La conciliation des temps par Florence Loisil
Share on Google+0Share on LinkedIn2Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

La conciliation des temps, entre travail et vie privée, est devenue un sujet majeur de la QVT à une époque où les deux univers se mêlent aisément. On a du mal à « déconnecter » lorsque l’on rentre chez soi, on négocie son emploi du temps en fonction de celui de sa famille, et de plus en plus de salariés travaillent avec des horaires loin de la « norme » des 35 h. Pour approfondir ce sujet, nous avons réalisé un entretien avec Florence Loisil, chef de projet sur les questions d’organisation des temps de travail et temps de vie à l’ANACT.

Bonjour Florence Loisil. La question de la conciliation du temps de travail et de la vie privée n’est pas nouvelle, mais est-elle toujours aussi importante dans l’entreprise aujourd’hui ?

Elle est plus importante que jamais du fait de nombreuses évolutions dans la société. Avant, on avait une vision du couple avec « M. gagne pain » et « Mme fée du logis ». Avec l’intégration des femmes sur le marché du travail, on a eu le modèle « 1,5 revenu » : Monsieur était à temps complet et Madame à mi-temps. On était alors dans un contexte qui poussait à la conciliation mais pas à l’équilibre des temps. Des solutions individuelles étaient trouvées par les femmes mais, aujourd’hui, il y a des couples bi-actifs, un essor des familles monoparentales… Cela modifie les rythmes de vie hors-travail et a aussi un effet sur les temps professionnels. On est aujourd’hui sur une problématique qui va au-delà des choix professionnels.

Plus généralement, il y a également une intensification du travail et des conditions de travail comme le souligne l’enquête de la DARES de 2013. Les entreprises sont à la recherche d’une plus grande flexibilité à l’égard des salariés. La question de la conciliation, auparavant axée sur « comment on s’organise pour que Madame gère vie de famille et vie pro » s’est tournée vers des thématiques multiples. Prise en charge de la parentalité, de la génération dépendante, d’un conjoint : les responsabilités deviennent plus larges.

Quels sont les problèmes les plus courants cités par les salariés sur ce sujet ?

Il y a tout d’abord l’égalité professionnelle. Les femmes gagnent toujours en moyenne 20 % de salaire en moins que les hommes. Si des efforts ont été faits et que des négociations sont en cours, les objectifs sont loin d’être atteints. Il y a une crainte des salariés hommes : comment seront-ils regardés et quelles seront les répercussions financières s’ils veulent s’occuper de leur vie familiale ? Il faut une véritable équité d’accès homme-femme sur le congé parental, donner confiance aux salariés. Le niveau d’exemplarité chez les managers et responsables des ressources humaines doit s’améliorer.

Il y a ensuite les problèmes de santé (risques psychosociaux, troubles musculo-squelettiques…) qui influent sur les performances de l’entreprise : qualité de service, maîtrise des délais, absences, etc.

Si l’on résume, les problèmes rencontrés par les salariés sont le plus souvent : la prise en charge des enfants en bas âge, du conjoint dépendant ou des parents ; le manque de déconnexion du travail ; l’insatisfaction au travail et la mise dans la balance de l’indépendance financière (enfants, maison…). Tout est lié à trois enjeux prédominants : santé au travail, performance, égalité professionnelle.

Cette conciliation des temps fait-elle partie des facteurs majeurs pour la QVT ?

Toutes les thématiques de la QVT sont liées, il est donc impossible d’avoir une vision différenciée ou hiérarchisée de chacune. C’est pourquoi le principe de la QVT a été défini en juin 2013, lors d’un accord national inter-professionnel, comme un ensemble de champs à traiter de façon transversale. Quand on parle de la planification des horaires, on parle aussi des effets négatifs de certaines pratiques sur la santé. De nos jours, le travail s’invite dans la vie personnelle des salariés beaucoup plus que la vie personnelle ne s’invite au travail. Smartphone, travail à distance, nouvelles technologies poussent les salariés à finir le travail à leur domicile. Tout est connecté.

Il faut aussi considérer le poids du marché des clients (deadlines, exigences…) sur la structuration des temps de travail. Sur certains sites de commerce, on permet aux gens de commander le dimanche pour une réception le lundi. Est-ce qu’un délai aussi court a un impact concurrentiel significatif par rapport à la contrainte qui pèse sur les salariés ?

Y’a-t-il des progrès ces dernières années en France sur le sujet, des initiatives en particulier ?

Aujourd’hui, c’est très a la mode de créer des conciergeries, des crèches sur site, des pressings. C’est très coûteux, ça ne peut pas être dédoubler et ça ne remet pas en cause les facteurs organisationnels. Toutes ces initiatives, ce sont des pansements sur une jambe de bois. La vraie question, c’est la flexibilité du travail et des horaires.

Il y aussi une diversification des dispositifs : horaires variables, temps partiel, temps partiel annualisé. On peut travailler sur 5 jours, partir plus tôt… C’est intéressant pour des besoins individualisés mais si on favorise autant le sur-mesure chez les acteurs de l’entreprise (direction du management, représentants du personnel…), on doit s’assurer que ces dispositions ne pénalisent pas la production.
Un manager peut rencontrer des problème si un collaborateur est absent parce que c’est son temps partiel, que la personne n’est encore arrivée (horaire variable), ou qu’elle s’occupe de son enfant. Dans ces cas, le dispositif RH s’impose sur la production. On doit prioriser les demandes, mais comment ? Selon l’ancienneté ? Une problématique de santé ? De parents ? De jeunes enfants ? Il n’y a pas une solution miracle qui convient à toutes les entreprises. Il faut voir au cas par cas et trouver l’équilibre entre flexibilité des horaires, productivité et qualité de vie pour les salariés.

J’aimelelundi remercie Florence Loisil pour cet entretien.

Share on Google+0Share on LinkedIn2Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

JaimeLeLundi http://www.jaimelelundi.com
JaimeLeLundi est le magazine 100% dédié à la Qualité de Vie au Travail et au Mieux-Vivre en Entreprise. N'hésitez pas à nous contacter pour partager vos points de vue !

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page