Tête de crise

Tête de crise
Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Ce matin, au bureau, c’est la crise, les mines sont sévères, chacun a des airs de circonstances. Hier aussi, c’était la crise, et aussi avant-hier, même, ça fait des semaines, des mois, des années que c’est la crise. Pas encore des décennies, mais ça pourrait venir.

Alors, on en parle, avec les clients, les autres collaborateurs : « Salut, c’est la crise, chez vous ? » «  Oui, vous aussi ? » Ça fait du bien, on sent qu’on n’est pas tout seul. On sent une vraie proximité dans l’épuisement, comme quand l’avion de 19h50 atterrit à Orly, empli de gens en costume-cravate et que 100% des portables (enfin 99%, il y a un ou deux passagers qui résistent) crépitent pour dire « on a atterri ».

Oui mais, parler de la crise ne fait pas du bien durable, ça fait plutôt du mal durable. Parce qu’elle tourne en boucle, la crise, pas seulement dans les journaux, la télé, les conversations, mais surtout dans notre tête. Et quand on commence à avoir une tête de crise, il vaut mieux s’arrêter de penser à la crise, parce que c’est mauvais signe. Oui, S’ARRETER, le crise-out nous guette.

Il est temps de passer en mode positif, constructif, de commencer par un petit acte simple qui va réussir, donner un résultat, nous faire passer une bonne journée. Ça suffira déjà, en attendant de recommencer demain.

Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page