News : ce qu’il ne fallait pas manquer cette semaine

News : ce qu’il ne fallait pas manquer cette semaine
Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Une sélection des articles qui nous ont plu cette semaine chez J’aime Le Lundi. Au menu : un colloque sur le travail posté ou de nuit, un sondage sur l’évolution de la qualité de vie au travail, et un guide pour les entreprises exposées aux tragédies du suicide.

1] Colloque « Travail posté et de nuit : quel suivi médical ? »

Ce colloque a eu lieu 23 Mai 2013 au Ministère des Affaires Sociales et de la Santé, et a été organisé par l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance. Il a traité du travail posté (en 3×8 et/ou 5×8) et du travail de nuit (minimum 3h consécutives entre 21h et 6h).

Il apparaît que les travailleurs de nuits sont plus sensibles aux troubles du sommeil, donc à la somnolence et à la dépression. Le suivi médical doit être bien plus important pour pallier aux dangers engendrés. Chez les femmes, les horaires décalés peuvent provoquer des problèmes pour la grossesse, et augmenter les risques de cancer du sein. Les risques cardio-vasculaires sont également accrus.

En savoir plus sur le site de la qualité de vie au travail.

2] Selon l’ANACT, la qualité de vie au travail a baissé depuis 5 ans

Dans La Dépêche, on revient sur un récent sondage de l’ANACT (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail). Celui-ci, réalisé par l’institut TNS-Sofres, montre que très peu de salariés trouvent que leurs conditions de travail se sont améliorées. A contrario, 68% estiment qu’elles se sont dégradées. Selon les auteurs du sondage, la cause se trouve dans la crise économique : moins de moyens et de temps disponibles, donc moins de reconnaissance.

En savoir plus sur le site de l’ANACT.

3] Un guide méthodologique pour gérer les cas de suicide

Selon le Miroir Social, le Ministère de l’Economie et des Finances vient de rendre public une étude sur l’influence du suicide sur les conditions de travail. Elle s’appuie largement sur les compétences des CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail) des entreprises pour analyser ce qui a pu causer le suicide. Grâce à cette enquête, les entreprises peuvent mettre en place des solutions de préventions des risques.

Voir l’enquête gouvernementale complète.

Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page