[Conférence] Reconnaissance et Qualité de Vie au Travail

[Conférence] Reconnaissance et Qualité de Vie au Travail
Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Et si Antoine RIBOUD, l’ancien patron de DANONE, avait été précurseur avec son double contrat économique et social, où le mot important était le trait d’union entre « économique » et « social » ?

C’est ce que Christophe LAVAL a démontré aux participants lors d’une conférence passionnante organisée par L’AFraME la semaine dernière sur le thème de la reconnaissance au travail. Si la reconnaissance et le management font bon ménage dans les modèles d’Éric BERNE avec l’Analyse Transactionnelle et de Will SCHUTZ avec l’Elément Humain, l’entreprise française n’en n’est pas encore devenue adepte à 100%. Pourtant, au Québec, la question ne se pose plus et aux Etats Unis, il existe même une association de très grandes entreprises sur ce thème de la reconnaissance. Autant de preuves que reconnaissance, business et performance sont directement liés. Outre-Atlantique, berceau du business-roi, le lien entre reconnaissance, santé au travail, épanouissement est largement acquis.

Christophe LAVAL distingue 4 types de reconnaissance, deux classiques, sur les résultats et la personne (le « tu existes » de Will SCHUTZ) et deux moins évidents sur l’effort et les compétences. La reconnaissance des compétences, en particulier comportementales, ne fait pas toujours partie des grilles d’évaluation liées aux entretiens trop souvent limités à la revue de performances. Quant à la reconnaissance des efforts sans résultats, comment faire dans un pays où la moindre reconnaissance risque d’ouvrir la boîte de Pandore des revendications salariales ?

Au-delà des pratiques managériales, d’autres freins, plus profonds, font obstacle au développement de la reconnaissance. Des freins culturels, avec le pessimisme français ambiant entraînant à se focaliser sur ce qui ne va pas mais aussi des freins interpersonnels parce que l’émotion a encore peu droit de cité dans les entreprises et que le collaborateur ne va pas exprimer facilement son besoin pourtant profond de reconnaissance.

Mais l’espoir est là !  Les entreprises progressent dans le domaine de la reconnaissance, de manière volontariste ou contraintes par la loi et la qualité de vie au travail devient le sujet d’actualité, tout comme le management équitable porté par l’AFraME.

En plus, il existe de bons consultants pour faire progresser durablement la reconnaissance en milieu professionnel !

Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page