La posture haute du chef : Est-ce la plus efficace pour performer ?

La posture haute du chef : Est-ce la plus efficace pour performer ?
Share on Google+0Share on LinkedIn1Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Très souvent, statut, fonction et position dans l’organigramme font adopter, dans des situations managériales courantes, une posture dite « haute » du chef, vis à vis de son équipe et de ses collaborateurs.

Pourtant, avoir recours à la posture basse n’est pas antinomique avec un statut de boss. Mieux encore, cela peut se révéler stratégiquement très efficace, pour permettre à ses collaborateurs d’accéder à leur autonomie et à leurs responsabilités, en toute efficacité.

Quand on a envie d’expérimenter la posture basse stratégique, dans des conditions sécurisantes, il existe des exercices simples. En voici un exemple.

La prochaine fois que vous rencontrerez des tensions avec un collaborateur, proposez lui une nouvelle approche de résolution des problèmes. Choisissez pour ce faire un enjeu plutôt mineur. Installez-vous dans le lieu habituel de vos rencontres. Offrez à votre collaborateur le siège que vous occupez habituellement, et prenez le sien. Demandez-lui alors ce qu’il ferait à votre place. Adoptez une attitude humble, ouverte et curieuse. Ecoutez jusqu’au bout et relancez par des questions ouvertes jusqu’à ce qu’il se soit complètement exprimé. Intéressez-vous réellement à ce qu’il dit. Le langage non verbal compte encore plus que le verbal.

Attention, si vous proposez cet exercice à votre collaborateur en le prenant de haut, vous ne ferez que renforcer le problème (nous faisons alors l’hypothèse que cette attitude est déjà une partie du problème). Pour vous aider à rester en posture basse, demandez-vous si c’est plus important pour vous d’avoir raison ou de trouver une solution. Si vous jouez vraiment le jeu, que votre attitude est respectueuse et que vous écoutez votre collaborateur en faisant le vide en vous-même (pour éviter les pensées automatiques), il y a de grandes chances que vous soyez agréablement surpris du résultat !

Share on Google+0Share on LinkedIn1Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Benoît Ducourau http://www.jaimelelundi.com
Docteur en médecine, Benoît Ducourau s’est toujours préoccupé du bien-être et de ce qu’il nomme le “soin de l’autre”. Il a également travaillé durant 15 ans au sein de grands groupes comme Danone ou les laboratoires Servier, où il a pu mettre en oeuvre ses talents dans un contexte managérial, grâce à son master de management de HEC Business School. Il conjugue donc des compétences dans différents domaines, qui se retrouvent dans la qualité de vie au travail. Après avoir développé ces compétences, il décide en 2009 de fonder Ribosome Conseil. Dans cette entreprise, il utilise ses capacités pour promouvoir une meilleure ambiance de travail, une communication plus plaisante et performante entre les collaborateurs, et une gestion plus humaine des situations de crise qui peuvent se présenter aux entreprises.

2

  1. comment-avatar
    Sébastien10 décembre 2013 - 12 h 55 min

    Cet article fait tout à fait écho aux travaux de Jim Collins dans son livre « Good to Great » sur des dirigeants d’entreprises américaines ayant superformées le marché.

  2. comment-avatar
    Guy Rebuffé12 juillet 2014 - 13 h 56 min

    J’aimerais bien vous rencontrer tous les trois, ou bien seulement l’un de vous pour parler des salariés-aidants, les 20% de salariés en entreprise qui doivent concilier vie professionnelle et rôle d’aidant, que ce soit pour un proche dépendant en raison de son âge, ou parce qu’il est handicapé, ou parce qu’il a une maladie chronique. Les entreprises commencent à se bouger un peu sur ce thème, essentiellement en surface, les syndicats ne mettent pas ce thème en priorité dans leurs revendications, mais la réalité est que si les entreprises ne font rien pour reconnaitre leurs salariés-aidants, au besoin en leur confiant des tâches concrètes à faire, le présentéisme de ces salariés-aidants va « exploser » comme leur absentéisme tout à fait justifié. Si le thème vous intéresse, je viens vous voir!
    Je suis un consultant spécialisé sur le thème des aidants, je navigue entre les US et la France, je compare ce qui ets fait entre ces deux cultures.
    Guy
    Guy

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page