Top 6 des indicateurs à maîtriser pour améliorer la QVT au quotidien dans son entreprise

Top 6 des indicateurs à maîtriser pour améliorer la QVT au quotidien dans son entreprise
Share on Google+0Share on LinkedIn17Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Tandis que 20 ou 30% des salariés déclarent souffrir de mal-être au travail, et que le financement de ce mal-être coûte souvent très cher aux entreprises, de nombreux managers s’interrogent sur les solutions originales pour améliorer la QVT de leurs collaborateurs et cherchent à mettre en place un baromètre pour mesurer cette qualité et mieux suivre son évolution. La question qui pourtant souvent les taraude est la suivante : par où commencer ? Quels sont les différents critères ou indicateurs à prendre en compte pour mener une vraie politique d’amélioration de la QVT ?

 

Environnement de travail

 

La question de l’environnement de travail est en effet primordiale pour enclencher une vraie réflexion autour du bien-être des collaborateurs car elle impacte le travail au quotidien. Par environnement de travail, on entend les espaces physiques (le bureau, le restaurant d’entreprise, les lieux de repos et ou de détente) mais on prend aussi en compte la dimension sociale de l’environnement de travail. On peut donc commencer par réaliser un audit interne pour identifier les points à améliorer en matière d’environnement de travail : bruit, confort, sécurité, adaptabilité, risques, relations, etc…

 

Équilibre vie privée/vie professionnelle

 

En recherchant l’équilibre vie privée/vie professionnelle (si chère aux danois, champions du bien-être), on favorise l’épanouissement de ses collaborateurs et leur bien-être de manière générale, à terme donc la productivité de l’entreprise. Une réflexion autour des déplacements domicile/bureau, des horaires de travail, des solutions de garde enfants, des solutions bien-être mises en place par l’entreprise peut être un bon point de départ pour initier un mouvement d’évolution. La motivation et les désirs d’évolution des salariés peuvent aussi être un bon axe de sondage pour impulser une nouvelle politique d’amélioration de la qualité de vie au travail.

 

Organisation du travail

 

L’organisation du travail englobe la répartition des tâches entre les collaborateurs mais également le travail en équipes, la charge de travail individuelle, l’autonomie et la marge de manoeuvre laissée à chaque collaborateur dans cette organisation globale. Pour éviter les frustrations et la lassitude, il est impératif de rendre cette organisation évolutive et perfectible. Mettre en place le télé-travail, optimiser les process ou encore impliquer les salariés dans l’organisation du travail sont autant de pistes de réflexion intéressantes et pertinentes lorsqu’on veut donner du sens au travail de ses collaborateurs.

 

Formation et évolution


L’écoute des collaborateurs et de leurs aspirations personnelles et professionnelles est aussi une piste intéressante pour dynamiser l’entreprise et lui donner du souffle. C’est un véritable levier dans la stratégie d’une entreprise car organiser la montée en compétences et favoriser l’adaptation de ses collaborateurs aux évolutions technologiques est perçu de manière très positive par l’extérieur (influe sur la réputation de l’entreprise) et par les collaborateurs eux-mêmes qui se sentent en adéquation avec leurs objectifs et sont donc plus productifs sur la durée. Des collaborateurs en formation continue ont aussi une meilleure estime d’eux-mêmes et moins de risques de dépression ou de burn-out.

 

Parité hommes/femmes


La parité hommes/femmes peut être une vraie source de frustration dans l’entreprise et générer des conflits qui paralysent la productivité de l’entreprise. Il est donc important, surtout si l’entreprise est très en retard sur ce point d’afficher une volonté d’améliorer la situation. Plutôt que d’instaurer des quotas, qui à terme décrédibilisent les femmes, il est plus intéressant de mettre en avant la complémentarité hommes/femmes et de faire comprendre aux salariés le rôle décisif de cette parité en termes de performance de l’entreprise. Assez rapidement, vous verrez que les remaniements seront globalement bien acceptés par tous vos collaborateurs.

 

Communication


La communication est enfin indissociable de la qualité de vie au travail et une bonne qualité de communication garantit à l’entreprise une capacité de rectification beaucoup plus rapide. Si les échanges profitent aux dirigeants, elles permettent aussi aux collaborateurs de se sentir valorisés et impliqués dans l’entreprise, de se motiver au quotidien. La communication doit être de qualité en interne mais également en externe pour donner une image cohérente de l’entreprise et le meilleur moyen de communiquer vers l’extérieur est de mettre en place une culture d’entreprise qui sera véhiculée par tous les collaborateurs et ainsi rayonnera vers l’extérieur.

 

Share on Google+0Share on LinkedIn17Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

JaimeLeLundi http://www.jaimelelundi.com
JaimeLeLundi est le magazine 100% dédié à la Qualité de Vie au Travail et au Mieux-Vivre en Entreprise. N'hésitez pas à nous contacter pour partager vos points de vue !

1

  1. comment-avatar
    Romain10 octobre 2015 - 20 h 28 min

    Valoriser ses collaborateurs est la priorité des priorités. Il peut être difficile de changer les valeurs de son entreprise si on n’en est pas le dirigeant pourtant tout manager a la possibilité de faire beaucoup.

    La communication n’implique pas d’investissements lourds mais énormément de managers n’informent pas ou peu leurs employés, ne les écoutent pas…. Si seuls les syndicats instaurent un dialogue avec les salariés, il ne faut pas s’étonner d’avoir des conflits sociaux.

    J’ai souvent succéder à des managers dont le discours auprès de leurs collaborateurs était : « vous n’êtes pas payés pour réfléchir ». Réinstaurer le dialogue est difficile mais les résultats sont spectaculaires !

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page