L’esprit Michelin en Chine

L’esprit Michelin en Chine
Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

En Chine, tout le monde vous le dira, chacun s’active en priorité à faire progresser sa marque personnelle, à enrichir son cv, à gagner toujours plus. Comme partout, me direz-vous !

C’est vrai, sauf qu’en plus la règle du jeu ne comporte pas de « contrat moral », d’engagement d’aucune sorte. Et comme les ressources sont rares,  les départs pour +20%, + 30% sont monnaie courante. Est-ce-que la fidélité des collaborateurs de l’entreprise n’existe pour autant pas ? Est-ce-que le mieux-être peut-jouer un rôle ?

L’expérience de Michelin semble le prouver, avec ses 8000 collaborateurs et un taux de rotation des collaborateurs inférieur de moitié à celui du marché. Derrière le chiffre, il y a l’engagement réel de l’entreprise pour développer ses collaborateurs. Jean-Michel Anquetil, passé de la Direction d’usine à la Direction de la Formation avec un égal bonheur de vivre, assume cette mission en Chine.

Pour lui, ce programme d’action s’enracine dans une vraie foi en l’homme. L’esprit Michelin, solide, la culture de l’industriel qui fait ce qu’il dit, en vérité, autant de valeurs profondes qui relativisent pour les collaborateurs l’attrait du « toujours plus ». Cette foi en l’homme se traduit par de vrais investissements en formation,  comme le montre ce ratio étonnant d’un formateur à temps plein pour 45 employés.

Quant aux nouveaux managers, leur montée en compétences s’étale sur un an, alternant sessions de  formation et pratique du management avec un mentoring  rapproché. Chez Michelin-Chine, l’efficacité n’est pas seulement dans les process de fabrication !

Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page