« C’est pas vrai ! » et autres petits mensonges à soi-même

« C’est pas vrai ! » et autres petits mensonges à soi-même
Share on Google+0Share on LinkedIn5Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

« C’est pas vrai que je suis comme ça» ou « c’est vrai, mais c’est pour leur bien »

Allez ! ça peut arriver de réagir comme ça, à la remarque d’un collaborateur :

  • « c’est pas vrai que, dans nos réunions de service, c’est moi qui parle le plus »
  • « c’est pas vrai que je lève les sourcils ou les yeux au ciel quand quelqu’un dit quelque chose que je trouve idiot »
  • « c’est pas vrai que j’ai des sujets-marottes qui reviennent tout le temps sur le tapis. »

Ou, quand on écoute un peu plus et qu’on est un peu moins sur la défensive, « oui, c’est vrai que je parle beaucoup en réunion, mais c’est parce qu’ils ont besoin de l’information, c’est vrai que je passe beaucoup de temps à dire ce qui ne va pas (et pas de temps à dire ce qui va bien) mais il n’y a que comme cela qu’ils avanceront »

Bonne nouvelle : Quand on réagit comme ça au propos d’un collaborateur sur son comportement de manager, on est déjà sur la bonne piste. Mais oui ! Parce qu’on a déjà dépassé le niveau du Grand Silence, celui où les collaborateurs ne vous parlent pas (entre eux, ils en parlent) des sujets qui fâchent, parce que dans leur grande sagesse et leur évaluation du risque, ils ont mesuré qu’il valait mieux pour eux ne pas se lancer.

Le Grand Silence, c’est le sujet tabou, DANGER, RISQUE D’AVALANCHES ! Et tout collaborateur non suicidaire sait qu’il vaut mieux se taire.

Donc on est sur la bonne piste , plus dans la seconde réaction que quand on est dans le déni. Mais un déni vaut déjà mieux que le Grand Silence.

Maintenant, en lisant cet article,le manager qui en est là (on en est tous là, on a tous un sujet épidermique mal déterré) peut encore avancer, se dire que « peut-être, oui, ce serait possible que, je pourrais essayer de… »

Et ce sera tant mieux pour le bien-être de ses collaborateurs, parce que quelqu’un qui ne sort pas du déni, il peut en arriver à s’enfermer. Jusqu’à dire un jour « c’est pas vrai que je suis comme ça, c’est pas vrai que, dans mon équipe, il y a des gens plus intelligents que moi, c’est pas vrai que, dans toute l’entreprise, il y a des gens plus intelligents que moi, c’est pas vrai peut-être même dans le monde entier, et d’ailleurs, c’est pas vrai que le soleil se lève chaque jour »

Share on Google+0Share on LinkedIn5Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page