Petite méditation sur une étude du Ministère du travail sur l’exposition aux RPS

Petite méditation sur une étude du Ministère du travail sur l’exposition aux RPS
Share on Google+0Share on LinkedIn11Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Le journal « Les Echos » du 30 avril évoque une étude du Ministère du travail sur les sources de RPS en France (l’étude n’est malheureusement pas encore disponible sur le site du Ministère). Elle met en évidence 4 profils où le risque de RPS est important et 2 profils pour lesquels l’exposition aux RPS est moindre ou absente.

Une source de surexposition aux RPS est d’une clarté sans appel : les 2/3 des salariés s’estimant surexposés aux RPS considèrent que « leur travail ne leur apprend pas de choses nouvelles ». Au-delà des formations obligatoires ou centrées sur l’accroissement de la productivité, cette corrélation invite le manager à se poser une question intéressante : « qu’est-ce-que mes collaborateurs ont appris d’intéressant dans les 4 dernières semaines ? Et en quoi ai-je participé à cette éventuelle acquisition de connaissances ou de compétences ? »

Une seconde clé, tout aussi intéressante, est celle de l’acceptabilité des émotions : les 2/3 des salariés s’estimant « sous pression » ( 15% du total des répondants) déclarent devoir cacher leurs émotions. A l’inverse, l’exposition aux RPS est nettement moindre pour les 16% de répondants qui vivent une forte exposition émotionnelle mais du soutien.

Sur ce registre des émotions, chaque manager peut se poser la question de son rapport aux émotions de ses collaborateurs. « Suis-je à l’aise avec l’expression d’émotions par mes collaborateurs ? Est-ce-que je la freine ? La facilite ? Vais-je au-devant ? » Si les collaborateurs n’expriment jamais d’émotion, une analyse s’inspirant des niveaux de vérité du modèle de Will Schutz sur l’Elément humain permet d’affiner l’interrogation, avec un choix entre 5 possibilités :

  • C’est un domaine tabou, les collaborateurs ont compris implicitement qu’il n’est pas admis d’exprimer des émotions
  • Ce n’est pas vrai que je ne permets pas aux collaborateurs d’exprimer leurs émotions
  • C’est vrai, mais c’est de leur faute, ils en rajoutent toujours
  • C’est vrai, et ça m’intéresse de mieux comprendre pourquoi.

Terminons ce bref panorama sur une note en demi-teinte : si depuis quatre ans, le sentiment de reconnaissance s’est nettement dégradé, 28% des salariés interrogés estiment qu’ils sont peu exposés au stress et que leur travail est reconnu. Les professions de service et du BTP sont surreprésentés dans cette catégorie. Pourquoi pas un petit benchmark sur une équipe de chantier ?

Source image à la Une Palenzuelapsicologia

Share on Google+0Share on LinkedIn11Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page