[ZOOM] 5 idées reçues sur la QVT… et pourquoi elles sont fausses !

[ZOOM] 5 idées reçues sur la QVT… et pourquoi elles sont fausses !
Share on Google+0Share on LinkedIn3Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

La Qualité de Vie au Travail, on en parle, mais les réticences se font encore sentir et de nombreux entrepreneurs sont encore convaincus que l’utilité d’actions engagées sur la QVT reste à prouver. Et bien, il n’y a qu’à demander : aujourd’hui, J’aime le lundi tord le cou aux idées reçues, et démontre aux récalcitrants que la QVT est bel et bien l’avenir de l’entreprise.

Idée reçue n°1 : La QVT, ça coûte cher

idee-recue-qvt1Ce qu’on croit : Pour agir efficacement sur la Qualité de Vie au Travail des employés, il faut investir. Leur offrir un espace de travail chaleureux et accueillant, parfois réorganiser les services… Tout cela a un coût, que toutes les entreprises ne peuvent pas nécessairement se permettre.

Faux ! Si les efforts à fournir pour améliorer la Qualité de Vie au Travail des collaborateurs d’une entreprise ont effectivement un coût de départ, parfois même un peu élevé, l’investissement sera très vite rentabilisé. Mieux, la QVT, bien loin de coûter aux entreprises, doit, à terme, leur permettre de gagner de l’argent. Les bienfaits qu’en tireront les employés ne pourront en effet que s’en ressentir sur leur productivité. Un employé qui se sent bien sur son lieu de travail est un employé qui s’y montre plus actif, et donc, plus efficace, il est moins souvent absent, plus impliqué…

Pour preuve, différentes études ont d’ores et déjà démontré les manques à gagner pour les entreprises, que la QVT peut très facilement combler. On retiendra notamment l’évaluation faite par l’INRS, qui estime que le coût annuel du stress professionnel en France peut aller jusqu’à 3 milliards d’euros. De quoi faire réfléchir à l’utilité de l’investissement de départ….

 

Idée reçue n°2 : Mon entreprise fonctionne déjà très bien comme ça

idée-recue-qvt-5Ce qu’on croit : Un taux d’absentéisme relativement faible, des employés qui ne se plaignent pas, et des résultats satisfaisants. Pas besoin de mener des actions sur la Qualité de Vie au Travail, mon entreprise va bien, merci.

Faux ! Peut-être en effet que tout donne l’impression que votre entreprise va bien. Mais n’est-ce pas une illusion ? Peut-être vos employés sont-ils présents seulement parce qu’ils ont peur de « représailles », ou parce qu’ils cherchent une promotion (présentéisme). Vos collaborateurs ne se plaignent pas… Soit ! Et s’ils avaient peur de le faire ? Négliger la QVT est une erreur, sachez-le. Si les répercussions de cette négligence ne sont pas immédiates, elles finiront par rejaillir, dès lors que les salariés seront à bout de souffle.

Pour preuve… Souvenons-nous de l’affaire France Télécom. Tout allait bien jusqu’aux suicides en cascades, et aux graves conséquences pour l’entreprise. Un mot d’ordre, donc, ne pas attendre qu’il soit trop tard. La QVT, c’est maintenant.

 

Idée reçue n°3 : La QVT est une perte de temps

idee-recue-qvt2Ce qu’on croit : Un temps de concertation, un temps de réflexion, un temps de mise en place, un temps d’observation, un temps d’évaluation… Agir sur la QVT, ça prend… beaucoup de temps, qu’on ne passe pas à autre chose. Sans parler des Team-Building et autres divertissements qui se déroulent sur le temps de travail…

Faux ! Tout comme l’investissement financier, l’investissement en terme de temps sera bien vite rentabilisé. Oui, mettre en place certaines actions prend du temps. Mais songez à toutes les heures de travail que votre entreprise perd chaque jour, entre les salariés absents, ceux qui procrastinent toujours plus, ou prennent 14 pauses cafés journalières par manque de motivation. En améliorant la Qualité de Vie au Travail de vos collaborateurs, en agissant sur leur bien-être, leur motivation, leur implication… Le temps pseudo « perdu » sera bien vite retrouvé.

Pour preuve : Plusieurs études ont démontré que les employés passent en moyenne trois heures par jour à… ne pas travailler, et ce, pour des raisons diverses, mais qui peuvent être éliminées en agissant sur la QVT : manque d’intérêt pour la tâche à accomplir, sentiment d’inutilité, absence de motivation…

 

Idée reçue n°4 : Travailler est une contrainte, on ne peut pas être heureux sur son lieu de travail

idee recue qvt 4Ce qu’on croit : Travailler n’est qu’un moyen de subvenir à ses besoins, on occupe un emploi pour gagner de l’argent, seul le salaire est motivant, et, par extension, plus le salaire est important, plus on est motivé.

Faux ! (Et heureusement, par ailleurs). Pourquoi choisit-on tel ou tel métier ? Beaucoup ne placent pas l’argent en tête de leur motivation dans leur travail. Alors, oui, on ne peut pas le nier. Il est vrai que le salaire reste une donnée importante. Pour autant, même dans certaines entreprises qui ne distribuent ni primes, ni salaires mirobolants, des employés parviennent à être heureux… Travailler n’est pas toujours vécu comme une contrainte, au contraire. De nombreuses personnes aiment leur job en tant que tel, ou l’ambiance qui règnent dans leur bureau… Apprécient de venir au travail pour côtoyer leurs collègues…

Pour preuve : Selon une enquête réalisée par Ipsos et Logica pour Edenred,  le salaire n’est pas une motivation si évidente que cela pour les salariés français : seuls 52% d’entre eux en font une priorité, lorsque 48% lui préfèrent autre chose.

En revanche, notons que 94% des personnes qui se sentent reconnues par leurs supérieurs se déclarent  heureuses dans leur travail… Et donc, motivées.

 

Idée reçue n°5 : C’est au salarié de fournir des efforts pour se sentir bien

idee recue qvtCe qu’on croit : Ils ont voulu travailler ici, ils y sont, s’ils ne sont pas satisfaits, ils n’ont qu’à partir, d’autres attendent leur place. L’employé n’est pas motivé parce qu’il est fainéant et qu’il préfère se laisser vivre. Il n’est pas heureux dans l’entreprise parce qu’il ne sait pas se réjouir de ce qu’il a.

Faux ! La démotivation n’est jamais intrinsèque à l’individu, et il n’est pas nécessairement un dépressif chronique : il se sent mal face à une situation donnée. Le mal-être, ou en tout cas l’absence de bien-être, de motivation, d’implication, s’explique d’abord par l’organisation du travail du collaborateur.

Pour preuve : Les employés d’entreprises où sont régulièrement mises en place des actions pour améliorer la QVT se disent globalement plus heureux que les autres. En outre, 87% des salariés pensent qu’une bonne Qualité de Vie au Travail profite à la fois aux salariés et aux entreprises (enquête TNS Sofres/Juin 2013)…

Alors, à vous de jouer !

Sources images
- à la Une : Flickr/Mish Sukharev
- Images texte : Pixabay.

 

Share on Google+0Share on LinkedIn3Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

JaimeLeLundi http://www.jaimelelundi.com
JaimeLeLundi est le magazine 100% dédié à la Qualité de Vie au Travail et au Mieux-Vivre en Entreprise. N'hésitez pas à nous contacter pour partager vos points de vue !

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page