Petit exercice de la semaine : comme une première fois

Petit exercice de la semaine : comme une première fois
Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Comme une première fois

 

Le weekend dernier, je suis allé pédaler du côté de la Charente Maritime, et le soir, après une journée de vélo, j’ai atterri à l’Ile d’Oléron à l’hôtel-restaurant du Homard Bleu, je vous recommande l’endroit, vous ne serez pas déçu. Bon, la chambre était un peu défraîchie mais la vue était magique, et le repas méritait de se concentrer sur l’assiette, un petit bonheur. Avant de partir, le matin, j’ai échangé quelques mots avec le gérant des lieux, qui me disait que les affaires marchaient moins bien depuis quelques années, et c’était vrai, on était samedi soir, le restaurant était plutôt bien rempli, mais on voyait que les gens faisaient attention à ne pas trop dépenser. Il ne savait pas trop comment faire remonter le résultat et faisait plus une liste d’objections qu’une liste d’idées. Je n’y connais rien en hôtellerie, mais je me suis pris à lui en donner deux trois, sur la carte, les prix des menus, un prix d’appel à midi, la vente de homards en peluche pour les enfants, l’extension de sa terrasse. J’ai réalisé que, pour lui, c’était difficile d’avoir un regard neuf, de voir son hôtel et son restaurant comme si cela avait été la première fois qu’il y entrait. Alors que, pour moi, c’était la première fois, je n’avais pas d’enjeu, l’exercice était bien plus facile.

En entreprise, c’est un peu pareil, la première fois est passée depuis longtemps, et comme les réorganisations et les échéances se succèdent, personne n’a plus trop le temps de regarder, de faire « l’exercice de la première fois ». Et puis, demander à un nouvel arrivant de faire un rapport d’étonnement est certes utile, mais le nouvel arrivant a ses propres enjeux, qui risquent de biaiser ce qu’il écrira ou dira. Pourtant, il y a tout à gagner à faire « comme si c’était la première fois »

Alors, ce matin, avant de plonger dans vos 475 mails de la semaine, vous avez le choix :

□ Faites-vous une séquence « première fois » en vous promenant dans les bureaux, il y a sans doute pas mal de détails qui vous sauteront aux yeux et qui pourraient vous donner des idées pour accroître la qualité de vie de votre équipe

□  Organisez la même séquence avec toute l’équipe, en allant ensemble de lieu en lieu, sans mettre de contrainte, en travaillant simplement sur des détails

□ Faites ensemble une séquence de créativité en utilisant la technique de l’inversion « comment dégrader au maximum notre qualité de vie au travail ? Puis utilisez les idées en négatif pour en trouver en positif. Vous verrez, ça marche !

__________

 

As if it were the first time

 

I went cycling around the Charente Maritime, last weekend, and after a day, I arrived on the island of Oleron, at the Homard Bleu hotel. I do recommend the place, try it and you will not be disappointed. To be honest, the room actually needed a refresh, but the view was a pure magic, and the dinner was a true pleasure for the eyes and the taste. On the morning, before leaving, I had a chat with the manager. He told me that business had been slowing for a few years; and his perception was accurate: on that Saturday evening, the restaurant was quite busy, but one could note that the guests were careful, not to spend too much money. The manager had no idea how to improve his financial situation, he was more listing objections than looking for ideas.  I am not familiar with catering and hotel industry, but I nevertheless started to share some ideas with him,  proposing a loss-leader discount for lunch, selling lobster fluff for kids, enlarging the terrace. I realized that it no easy task for him to have a new reading of his hotel, to act as if it had been the first time he casted a through look on it. I was not in the same situation, it was a real first time for me, with no issue at stake. The exercise was much easier to perform.

In business, it is quite similar, the first time happened a long time ago, as, as reorganizations and deadlines never stop, no one has enough time to take a new look, to practice the “first time exercise” . Ok, it may prove useful to ask a newcomer for a discovery report, but any newcomer has his own issues, that might bias his expression.

 

Before starting to answer your 452 daily emails, you have this morning a good opportunity to increase the quality of work life of your team, by choosing one option:

□ Try a « first time walk around », you will probably notice quite a few details that might give ideas to improve the quality of life at work

□  Plan the same exercise with your team, asking the team to focus on details, with no constraint

□ Launch a creativity session, using the inversion technique: how can we downgrade to the worst our quality of life? Then find positive ideas through the negative ones. Check it: it works!

Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page