Petit exercice de la semaine : le goût de la gentillesse

Petit exercice de la semaine : le goût de la gentillesse
Share on Google+0Share on LinkedIn27Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Le goût de la gentillesse

Il y a quelque temps, une Dame nous a quittés, je devrais dire une Grande Dame. J’étais à la messe d’enterrement, c’était une tante de mon épouse que j’avais appris à connaitre au fil des ans et de quelques trop rares rencontres. L’église était pleine, je crois que nous voulions tous l’entourer, personne n’était là pour faire acte de présence. Elle ne faisait pas de bruit, Tante Marie-Aurore, pourtant elle rayonnait ce je ne sais quoi qui faisait que tout le monde l’aimait. Il y avait d’abord le sourire de ses yeux, et puis sa sincérité quand elle prenait de vos nouvelles, les mille services qu’elle avait rendus à ceux qu’elle côtoyait, sans chercher à le faire savoir et ce goût inné de la gentillesse. Il y avait de tout cela, ce jour-là, dans les mots et les paroles qui l’accompagnaient, celles de ses petits-enfants et enfants, mais aussi de ses amis. Nous étions touchés par sa grâce, elle rejaillissait sur nous et nous avions tout bêtement envie d’être gentils aussi, de lui ressembler un petit peu. Cela a duré longtemps, personne n’avait envie de partir, nous pressentions que nous vivions un moment unique, que nous partagions quelque chose de fort. C’était elle qui nous réunissait au-delà de sa vie qui n’avait pas fait de bruit.

En y pensant, l’entreprise ne nous apprend pas trop cela, la gentillesse, c’est plutôt un mauvais point d’être gentil, presque une forme de bêtise. Et ce n’est pas très bon non plus de ne pas faire de bruit, on vous oublie vite, surtout à la période des augmentations. Et pourtant, sans gentillesse, sans sourire qui vous illumine quand on a besoin de se faire remonter le moral, la qualité de vie au travail en prend un sérieux coup.

Alors, ce matin, avant de plonger dans vos mails de la semaine…

□ Demandez-vous si vous avez dans votre équipe des « gentils qui ne font pas de bruit», si c’est le cas, montrez leur qu’ils sont importants pour vous

□  Lors d’une prochaine réunion, proposez à chacun de dire ce qui l’a aidé à bien vivre la semaine précédente

□ Achetez des smileys autocollants et proposez à chacun dans l’équipe d’en distribuer régulièrement aux personnes qui leur ont facilité leur journée.  
____________

The taste of kindness

A lady left us some time ago, I should say, a great lady left us. I attended the funeral mass, she was an aunt of my wife, and years passing by, I came to know her better and better through a few encounters that seemed too scarse. The church was full, we all wanted to be alongside her, and nobody was there for the show-up. Aunt Mary-Aurore lived a simple life, but she was beaming with something special that led everyone to like her. First, there was a smile in her eyes, and her sincerity when she would ask about you, and the thousand times she had helped people discreetly. And, above all, her inner taste for kindness. Her whole character was present in the words and speeches said by grandchildren and friends that accompanied her departure. We were touched by her grace, it spontaneously shined on all of us, and we felt like being nice and gentle to each other, just for resembling her. This moment lasted quite a long time, nobody wanted to leave the church, we sensed that this was a unique moment, that we were sharing something important. She was uniting us, beyond her life that had been a quiet one

Thinking about it, kindness is not a key topic in the business world. It is even rather a black mark, nearly a form of stupidity. And being too silent is not good either, one is soon forgotten, especially when discussing about pay rises. And though, without kindness, without a shining smile that helps when one needs to have his spirits lifted up, the quality of life at work takes a serious blow.

Before starting to answer your 452 daily emails, you have this morning a good opportunity to increase the quality of work life of your team, by choosing one option:

□ Wonder if there are “kind and silent people” in the team. If so, show them that they are really important people

□ In a soon to come meeting, you may propose a round table to let everyone express what really increased his quality of life at work in the last week

□ Buy some smiley stickers and give them to the team, asking the people to distribute them to people that have definitely helped them in their work

 

Source de l’image à la Une : Pixabay (Mimirebelle)

Share on Google+0Share on LinkedIn27Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page