Petit exercice de la semaine : les parts de pizza (read English version below)

Petit exercice de la semaine : les parts de pizza (read English version below)
Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Les parts de pizza

Vendredi dernier, j’étais tout seul au bureau et, plutôt que de faire la queue au Monop’ pour une lunch box de tortellini, je suis allé plus loin m’acheter une pizza à emporter. On est fin novembre, mais il faisait beau et le petit square à côté de la pizzeria m’a paru tout indiqué pour un déjeuner au grand air. Un banc m’attendait. Il y avait dans le square quelques hommes qui vaquaient, désœuvrés. Sans même m’être avisé qu’ils étaient sans abri, j’ai proposé une part de pizza à l’un d’eux.  De fil en aiguille, nous avons partagé la pizza à quatre et échangé quelques mots. Peut-être que le fait de parler un peu était plus important que la part de pizza. L’un d’eux est venu me remercier au moins quatre fois ; j’avais presque envie de le remercier lui, pour sa politesse, pour avoir accepté sans façon mon petit geste, pour m’avoir donné la joie de ressentir que ça leur faisait plaisir. Bien plus que ma lunch box et ma cartonnette de crudités.

Alors, ce matin, avant de plonger dans vos mails de la semaine…

□ Prévoyez, lors de votre prochaine réunion, un temps pour partager. Pas sur les sujets opérationnels, mais sur les réussites, les petits bonheurs, les remerciements mutuels, ce qui a rendu chacun joyeux ce derniers jours.

□ Faites une surprise à vos collaborateurs, allez acheter des pizzas pour tout le monde !

□ Décidez de faire cette semaine quelque chose de différent de d’habitude, avec des gens d’ailleurs ou même juste avec les collaborateurs du service d’à côté. Et faites un debrief à la réunion suivante.

 

Slices of pizza

Last Friday, I was alone at the office, and rather than queuing at the Monop’ for a Tortellini lunchbox, I walked for some more minutes to buy a takeaway pizza. It was end of November, but the weather was nice, the small public garden near the pizzeria was appealing. There was a bench awaiting for me. In the garden, som men were strolling quietly, doing nothing. Without having noticed that they were homeless, I offered one of them a slice of my pizza. One thing leading to another, a minute later, I was sharing the pizza and some words with four of them. Maybe, the talk was more important than the slice of pizza? One of the men came back to thank me at least four times. I was nearly wishing to thank him for having accepted my proposal so simply, for having let me feel joyful because they were enjoying this moment. For me, it was much better than my lunchbox and my packaged salad.

Before starting to answer your 452 daily emails, you have this morning a good opportunity to increase the quality of work life of your team, by choosing one option:

□ When preparing your next team meeting, plan some time for sharing, not about operations but about small successes, small happiness moments, about what pleased everybody in the last few days.

□ Surprise people, go and buy a pizza for your whole team.

□ This coming week, decide to do something different with people from another team, or even the team next to yours. And don’t forget to debrief what happened!

Source de l’image à la Une : Flickr (bulbocode909)

Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page