Petit exercice de la semaine : les médailles de mon père

Petit exercice de la semaine : les médailles de mon père
Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Il y a quelques mois, j’ai retrouvé au fond d’un tiroir, un coffret plein de médailles qui avaient appartenu à mon père. Mon père était un soldat, un homme de guerre et aussi d’état-major, pour être franc. J’aurais pu m’appeler Indochine 2, je suis né pendant son second séjour là-bas. Il est ensuite parti en Algérie. Il a été engagé dans certaines opérations qui lui ont valu des citations et des médailles. Je l’ai peu connu. J’ai sorti les médailles, les ai longuement regardées, particulièrement celles de l’Indochine.

De mon côté, pendant ma jeunesse, je n’avais pas une très bonne image de l’armée et j’y associais celle de mon père. Plus tard, j’ai pris du recul et retrouvé l’importance de garder sa mémoire. Je ne connaissais pas grand-chose de sa vie d’homme, mais ses médailles parlaient pour lui de sa volonté d’aller de l’avant dans des moments difficiles, lors de découvertes lointaines, de peur sous le feu, sûrement, d’entraide sans doute. A travers elles, j’ai trouvé des racines qui m’ont aussi construit.

Chacun existe aussi par ses racines, son histoire, pas seulement par ce qu’il laisse voir au quotidien. Dans les séminaires de cohésion d’équipe que j’anime, une séquence importante consiste à proposer à chacun de raconter une partie de sa vie dont il est particulièrement fier, où il a vraiment aidé une personne à avancer. Dans cette séquence, en général, personne ne se dérobe, chacun trouve toujours un épisode à relater, le plus souvent avec beaucoup de simplicité. C’est un moment fort, où chacun peut découvrir l’autre sous un autre jour.

Alors, ce matin, avant de plonger dans vos mails de la semaine, choisissez une option :

  • Demandez-vous si vous pouvez aller plus loin dans la connaissance des collaborateurs de votre équipe. Peut-être y en a-t-il que vous connaissez très peu et que vous allez découvrir différemment ?
  • Explorez les racines, l’histoire de votre équipe, ses anciennes « médailles », ses anciennes peurs aussi : cela vous aidera à mieux la comprendre et donc à mieux l’accompagner dans des moments difficiles.
  • Dans une prochaine réunion, faites l’exercice où chacun raconte une séquence de sa vie, en pensant à mettre les chaises en rond (un cadre informel donne plus envie de se livrer).

 


Source de l’image à la Une : Flickr (Daveblog)

Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page