Petit exercice de la semaine : « Ici, c’est moi qui fais la loi. »

Petit exercice de la semaine : « Ici, c’est moi qui fais la loi. »
Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

C’était il y a bien longtemps, avant les smartphones, avant Internet, les applis, la vie électronique. Avant le temps où on peut tout faire seul. Je me trouvais dans une gare bretonne pour prendre le train. Évidemment, je n’avais pas prévu la queue au guichet et les machines à billets n’existaient pas encore. Mais il fallait que je le prenne, ce train, je n’avais pas d’autre solution. Alors, je suis monté dedans sans billet. C’était aussi l’époque où les contrôleurs contrôlaient systématiquement, je savais qu’il faudrait que j’aille plaider ma cause. Ce que j’ai fait. En vain, mais j’ai continué à vouloir lui expliquer la queue, le guichet pris d’assaut, le train qui arrivait. Alors, le contrôleur, formidable de puissance, m’a affirmé « Ici, Monsieur, c’est moi qui fais la loi. » et il m’a mis une amende que j’ai trouvée carabinée (au moins pour ma bourse de l’époque).

Je me souviens encore, comme si c’était hier, de sa répartie définitive. Je me dis maintenant que le contrôleur avait eu la franchise de dire ce qu’il pensait, ce qu’il vivait même. Il était l’Autorité. Je n’imagine pas cette répartie possible aujourd’hui, il y aurait une émeute, un article dans Libération, que sais-je encore. Dans un sens, c’est sans doute tant mieux, l’attitude du contrôleur était clairement outrancière.  Mais, dans un autre sens, il y a cette tentation permanente du politiquement correct qui instille implicitement des non-dits. Je ne parle pas de la peur du harcèlement moral. Pourtant, il y a des moments où un manager ne peut pas être dans le politiquement correct. Ne serait-ce que pour faire exister l’équité qui est sans doute la première condition de la qualité de vie au travail.

Alors, ce matin, avant de plonger dans vos mails de la semaine, c’est à vous de décider !

  • Réfléchissez à votre usage de l’autorité quand il y a des hors-jeu à siffler et des cartons jaunes à distribuer.
  • Faites le point sur les règles affichées et implicites qui font fonctionner votre équipe : il y en a peut-être à faire évoluer ?
  • Faites le même exercice avec votre équipe.

Source de l’image à la Une : Flickr (Gregory Bastien)

Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page