Petit exercice de la semaine : fermer le cercle

Petit exercice de la semaine : fermer le cercle
Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Je vais vous avouer un défaut : je vais vite. Vite à réfléchir, vite à décider aussi. J’ai encore été pris en flagrant délit il y a quelques semaines. Voici l’histoire.

Je fais partie d’un mouvement qui fonctionne avec des équipes locales, un mouvement très bien d’ailleurs. Je me suis retrouvé président de cette équipe il y a un peu moins de deux ans, et justement, le mandat est de 2 ans renouvelable une fois et quasiment toujours renouvelé. Sauf que je ne voulais pas rester président. Un nouveau facteur était intervenu depuis quelques mois et impactait le fonctionnement de l’équipe, j’avais bien essayé quelques régulations mais sans vraiment avoir de résultat et je ne me sentais pas assez à l’aise pour rester président encore deux ans dans ce contexte. Bref, dans ma petite tête, j’avais décidé, la réunion de juin était la bonne occasion. La réunion arrive, j’annonce la couleur mais personne n’était chaud pour prendre la place que je voulais laisser, plusieurs trouvaient plutôt une liste d’arguments pour me convaincre de rester fidèle au poste.

De mon côté, je n’en démordais pas. Alors un des participants (qu’il en soit remercié !) m’a dit : « Président, c’est une responsabilité, y compris dans la manière dont on passe le relai, c’est mieux de faire ça proprement, donnons-nous jusqu’à Noël ». Ses paroles m’ont remis en mémoire un acronyme anglais : ABC (Always Be Closing) qui est très explicite sur l’importance de clore une situation. C’était lumineux et très juste, je voulais aller trop vite, dans une situation qui impliquait d’aller piano. J’avais sans doute envie que la situation soit déjà réglée, derrière moi, alors qu’on en était loin.

Alors, ce matin, avant de plonger dans vos mails de la semaine, c’est le moment de prendre une résolution, une décision :

□ Est-ce que vous vous souvenez d’une situation récente où une petite dose d’ABC en plus aurait été bénéfique, aurait renforcé la QVT (un autre acronyme) ? Si oui, à vous de jouer !

□ Prenez du recul sur votre manière de fonctionner face à une situation qui vous dérange ; est-ce que vous avez tendance à l’expédier ou est-ce que vous êtes un bon adepte de l’ABC ?

□ Plus généralement, est-ce qu’il vous arrive de vouloir aller trop vite ? Si oui, identifiez un ralentisseur potentiel en qui vous avez confiance et demandez-lui de jouer ce rôle en vous avertissant quand vous allez trop vite.

Source image à la Une

Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page