Les réunions, ennemies de la QVT ?

Les réunions, ennemies de la QVT ?
Share on Google+0Share on LinkedIn22Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

La qualité de vie au travail n’est pas simplement l’affaire de jolis locaux et d’une machine à café fonctionnelle. Elle dépend en grande partie de l’organisation des journées de travail, qui elle-même influe sur l’ambiance au sein de l’entreprise. Au milieu de cet écosystème réside souvent un mal bien connu en France, la réunionite. Une maladie qui consiste à multiplier les réunions… et ainsi perdre en efficacité. Mais en quoi un trop plein de réunions peut-il, au delà de la perte de temps, faire de la vie en entreprise un cauchemar éveillé ?

 
Il est 14h, un jeudi, et on vous prévient par mail qu’une nouvelle réunion est organisée pour le lendemain en fin de journée. L’ordre du jour : « faire le point » sur un projet qui ne date que d’une semaine. Alors que vous pensiez avancer calmement vos dossiers jusqu’au sacro-saint week-end, vous devez d’ores et déjà compter sur une demi-journée gaspillée à ressasser ce que vous aviez expliqué la semaine d’avant. Ce problème, c’est la réunionite, et sa première cible est le moral des participants.
 

Fatigue chronique

Une réunion a pour principe de base de vous délivrer des informations importantes sur un sujet et d’en discuter. Mais lorsque tout ceci a déjà eu lieu quelques jours auparavant et qu’elle devient une séquence digne du film Un jour sans fin, elle va à l’encontre du bien de l’entreprise et de ses employés. Une réunion nécessite de la préparation (chez les participants comme les organisateurs), de la concentration et de l’énergie. Autant dire qu’abuser des rendez-vous de ce type revient à fatiguer vos collègues, ce qui n’est jamais bon pour l’ambiance au bureau. Si le personnel est exténué, il n’a pas envie de travailler, et cela ne fait qu’empirer la situation et compliquer les échanges censés avoir lieu en réunion.
 

Du temps de cerveau disponible

Mais la réunionite ne fait pas que fatiguer les employés de votre société : elle empiète véritablement sur l’efficacité et la productivité de celle-ci. Pour être efficace, il faut réduire les étapes et faire les choses dans l’ordre, en évitant tout ce qui peut parasiter le déroulement d’un projet. Une réunion qui arrive trop rapidement ou des rendez-vous trop rapprochés freinent l’efficacité du travail et deviennent des fardeaux plus que des tremplins pour faire avancer tout le monde. Enfin, conséquence d’une organisation défaillante et de réunions trop nombreuses, la baisse de productivité peut guetter votre entreprise.

Involontairement, au lieu de rythmer le projet, le manager met parfois des bâtons dans les roues de ses collègues en empiétant sur leur emploi du temps. Parfois pour faire des mises au point inutiles, ou bien une séance d’information sur un projet futur. La QVT peut donc être menacée par une dose régulière de réunions. Alors n’hésitez pas à sensibiliser vos collègues à ce sujet pour éviter de vous retrouver, vous aussi, dans ce cercle vicieux de temps perdu !

 

Source de l’image à la Une

Share on Google+0Share on LinkedIn22Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

JaimeLeLundi http://www.jaimelelundi.com
JaimeLeLundi est le magazine 100% dédié à la Qualité de Vie au Travail et au Mieux-Vivre en Entreprise. N'hésitez pas à nous contacter pour partager vos points de vue !

1

  1. comment-avatar
    tewoz10 juillet 2014 - 16 h 31 min

    Au delà d’être l’ennemie de la qualité de vie, la réunionite aigue est une véritable plaie de l’entreprise.
    Je me bat régulièrement contre, mais pour le moment je n’en sors pas gagnant…

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page