Décélérer pour moins stresser ?

Décélérer pour moins stresser ?
Share on Google+0Share on LinkedIn1Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Notre société prône la vitesse. Il faut en faire toujours plus, toujours plus vite. Dans le monde du travail, la productivité est le maître-mot : la valeur d’une personne est directement liée au nombre de choses qu’elle peut accomplir en une journée. Mais dans cette course permanente, quelle place reste-t-il pour la QVT ?

Grâce aux nouvelles technologies, nous avons accès à énormément de services et d’informations. Horaires, produits ou culture, tout est accessible (presque) instantanément. Mais cette habitude de tout avoir tout de suite se révèle néfaste dès qu’on l’applique au monde du travail. Lorsqu’on envoie un mail, on attend une réponse dans la minute. De même, quand on demande à un collaborateur d’effectuer une tâche, il faudrait qu’il s’en charge immédiatement. Seulement, tout le monde est surchargé de mails et de demandes en tous genres.

En conséquence, chacun interrompt son travail pour effectuer les diverses tâches « urgentes » qui lui sont confiées… et qui ont généralement une importance faible. Non seulement il est difficile de se concentrer longtemps sur un sujet sans être interrompu, mais la nécessité de faire plusieurs choses en même temps est un important facteur de stress. Devant les problèmes engendrés par le « toujours plus vite », peut-être est-il temps de décélérer.

Ralentir, oui, mais comment ?

Attention, ralentir ne signifie pas « ne plus rien faire ». Il s’agit simplement de sortir de l’état d’urgence permanent pour travailler mieux, avec moins de stress. Le manager a un rôle à jouer dans la décélération de son équipe : il s’agit de montrer aux collaborateurs qu’ils peuvent prendre du temps pour faire correctement leur travail. Libérés de la pression d’une hiérarchie qui en veut toujours plus tout de suite, ils seront plus sereins et plus efficaces.

Pour cela, vous pouvez prendre quelques mesures simples :

  • se couper des mails : il est difficile de travailler correctement lorsqu’on s’interrompt toutes les 5 minutes pour vérifier sa messagerie. Incitez vos collaborateurs à fermer leur boîte mail un moment quand ils doivent se concentrer sur une tâche importante.
  • varier les canaux de communication en fonction de l’urgence du message : déterminez un moyen de faire passer les messages vraiment importants. Si l’expéditeur n’a pas le temps d’attendre que son interlocuteur regarde ses mails, il peut passer par une messagerie instantanée, le téléphone… ou aller voir la personne directement.
  • classer les tâches en fonction des priorités : peu importe les autres demandes, il faut s’occuper d’abord des tâches les plus importantes. Une fois celles-ci correctement achevées, on peut se lancer sereinement dans les tâches secondaires.
  • savoir faire des pauses : inutile de s’acharner à travailler quand on est fatigué ou déconcentré. Il est préférable de sortir un peu, faire une petite sieste ou aller boire un café. Même courte, une pause permet de reprendre le travail plus efficacement.

 

Source de l’image à la Une

Share on Google+0Share on LinkedIn1Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

JaimeLeLundi http://www.jaimelelundi.com
JaimeLeLundi est le magazine 100% dédié à la Qualité de Vie au Travail et au Mieux-Vivre en Entreprise. N'hésitez pas à nous contacter pour partager vos points de vue !

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page