La face cachée des to-do lists

La face cachée des to-do lists
Share on Google+1Share on LinkedIn12Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

La to-do list, l’outil indispensable du bureau ! Tout le monde en a une : elle rassure, elle donne l’impression de réussir à s’organiser, voire de parvenir à tout finir. Mais en vérité, vos to-do lists cachent de nombreuses tâches jamais accomplies, et peuvent même vous faire perdre du temps. 

Selon une étude extraite de l’application iDoneThis, 41% des occurrences d’une liste ne sont jamais résolues. La moitié des listes sont complétées dans la journée. Et 15% des tâches commencées sont terminées ! Ce qui signifie qu’il y a assez peu de corrélation entre le contenu des listes et les tâches que vous réalisez réellement. Entre les tâches plus longues qu’il n’y paraissait et celles qui s’ajoutent dans la journée, à quoi sert finalement la liste ?

Le premier problème, c’est que les to-do lists sont généralement trop remplies. C’est facile d’envisager sa journée de travail lorsqu’on a cinq ou six tâches à réaliser. Mais dès que cela dépasse la dizaine, on peut facilement être submergé par le travail. Une personne typique a en général 150 tâches différentes à remplir simultanément, tant dans les domaines personnels que professionnels. Imaginez une liste de 150 occurrences ! La plupart des listes faites le lundi ne peuvent être terminées dans la semaine, c’est le chemin parfait pour l’échec.

Le second problème est que les to-do lists ne sont pas naturelles : le cerveau humain a tendance à planifier les tâches, à se concentrer sur celles qui ne sont pas réalisées, plutôt qu’à les remplir effectivement. C’est ce qu’on appelle l’effet Zeigarnik : une tâche inachevée crée une angoisse plus importante qu’une tâche non commencée. Mais avec une to-do list, on attaque plusieurs choses à la fois et le travail s’accumule ! Loin d’aider à s’organiser, la liste a donc tendance à augmenter le stress.

Enfin, le dernier problème est la plasticité des tâches auxquelles vous avez affaire. C’est assez simple : à moins d’être un génie de la formulation avec un sens aigu de l’organisation, vous ne ferez jamais tout à fait ce qu’il y a dans votre liste. Chaque tâche en appellera deux autres. De plus, difficile de travailler sans être interrompu : un employé standard peut rarement avoir plus de 12 minutes de concentration. Ainsi, la to-do list devient un exercice inefficace, peu adapté au travail réel. Vous ne ferez jamais ce que vous avez écrit, comme vous l’avez écrit.

Source de l’image à la Une

Share on Google+1Share on LinkedIn12Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

JaimeLeLundi http://www.jaimelelundi.com
JaimeLeLundi est le magazine 100% dédié à la Qualité de Vie au Travail et au Mieux-Vivre en Entreprise. N'hésitez pas à nous contacter pour partager vos points de vue !

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page