Petit exercice de la semaine : la langue de bois et le coyote

Petit exercice de la semaine : la langue de bois et le coyote
Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

On a bien de la chance : les dernières semaines d’élections municipales nous ont permis d’assister à quelques belles tirades de langue de bois qui nous ont peut-être fait pousser moult soupirs désabusés ou sortir de nos gonds. Mais sommes-nous certains d’être à l’abri de cette « bad practice » qui donne trop souvent des coups de canif à la Qualité de Vie au Travail ?

Elle passe, soit par des réponses à une autre question que celle qui a été posée, soit par des phrases du type : « ce n’est pas là l’important » alors que, justement, la question du collaborateur est importante pour lui. Et si, vous, cher manager potentiellement adepte de cette tendance, vous vous équipiez d’un coyote qui vous signalerait les excès de langue de bois, les sorties de route, les accidents de langage ? Alors, ce matin, avant de plonger dans vos mails de la semaine…

□ Dans vos prochaines interventions, sélectionnez « remplacer tout » (dans la barre de tâches) et mettez « je » à la place de « nous » ou « le Président ».

□ Installez un coyote mental qui fait bip-bip quand vous avez tendance à prendre la tangente.

□ Encore plus difficile : reconnaissez une erreur quand vous en êtes à l’origine, ça ne vous décrédibilisera pas, bien au contraire

Source image à la Une

Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page