Le « mieux-être au travail », un problème de riches ?

Le « mieux-être au travail », un problème de riches ?
Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Le site Juritravail vient de faire paraître un article sur la rentabilité des actions de qualité de vie au travail. Une idée générale est présentée : améliorer les conditions de travail se ferait au dépend de la compétitivité de l’entreprise. Nous allons voir en quoi ce raisonnement est faux.

Juritravail

On observe d’abord un phénomène en cas de changement d’organisation du travail :

  • Les salariés sont stressés par la nouvelle organisation, donc font des erreurs
  • Les clients subissent ces erreurs, donc se plaignent aux managers
  • Les managers mettent la pression sur leurs salariés, qui voient encore se dégrader leur état

La solution pour sortir de ce cercle vicieux est, par conséquent, de maintenir de bonnes conditions de travail. C’est le travail des ressources humaines, qui doivent mettre en oeuvre des programmes spécifiques pour s’assurer que les changements soient compris et acceptés par le plus grand nombre des salariés.

L’idée commune est qu’une entreprise en difficulté n’a pas les moyens nécessaires pour se préoccuper de la qualité de vie au travail. Elle est trop occupée à se sauvegarder. Pourtant, une charge de travail supplémentaire sans pédagogie entraîne une mauvaise appréciation des employés et une perte de productivité par personnes. C’est donc dans ces conditions que l’entreprise doit être particulièrement attentive à l’état mental de ses salariés : plus ceux-ci sont heureux, plus ils sont efficaces, plus vite l’entreprise sera à nouveau sur les rails.

En savoir plus sur le site de Juritravail.

Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page