Les bienfaits de l’éclairage sur la QVT

Les bienfaits de l’éclairage sur la QVT
Share on Google+1Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Même si l’éclairage des lieux de travail est aujourd’hui règlementé par le code du travail, et que de nombreuses recommandations ont été rédigées à l’intention des employeurs, maîtres d’œuvre et maîtres d’ouvrage, ces conseils éclairés et avisés sur les besoins de lumière au travail ne sont cependant pas toujours appliquées par les entreprises. 

La règlementation met pourtant en avant deux notions essentielles en matière d’éclairage, tout d’abord ce qu’on appelle le confort visuel et deuxièmement la notion de performance visuelle qui constituent la base nécessaire d’un travail de qualité.
Pour assurer le confort visuel et optimiser la QVT, voici quelques conseils utiles et assez faciles à mettre en oeuvre….

 

Priorité à l’éclairage naturel

 

Si le code du travail n’impose pas un niveau minimal d’éclairement naturel, il est cependant vivement recommandé de lui accorder la primauté et de profiter au maximum des sources de lumière naturelle existantes dans une pièce pour optimiser la disposition et l’orientation des bureaux. Il y a effectivement, dans la lumière naturelle des longueurs d’ondes essentielles et indispensables au bien-être physique et psychique du travailleur qui ne sont pas présentes dans la lumière artificielle.
Les fenêtres, baies vitrées ou autres ouvertures devront donc être au coeur de la réflexion sur la disposition et la décoration des bureaux mais attention, cela ne veut pas forcément dire que les bureaux doivent impérativement être situés près des fenêtres, il suffit qu’ils soient soigneusement orientés vers ces sources de lumière naturelle. Il faut en effet aussi prendre en compte les phénomènes de reflets et d’éblouissement qui entraînent une fatigue oculaire. Si on a ni le choix ni l’espace, il est aussi possible d’installer des stores et des rideaux qui vont atténuer les reflets et l’éblouissement, tout est une affaire de mesure.

 

Multipliez les sources et les température de couleurs de la lumière artificielle

 

Quand la lumière naturelle vient à défaillir, il est également primordial de pouvoir compenser avec la lumière artificielle et l’idéal est de multiplier les sources de lumière artificielle pour pouvoir moduler la lumière selon ses besoins particuliers et l’adapter à la nature du travail effectué. Un éclairage homogène au plafond et deux lampes de bureau avec des spectres lumineux différents permettent d’assurer ce confort visuel de base.
Si vous travaillez sur ordinateur, et dans la mesure où l’ordinateur est aussi retro-éclairé, il faudra éviter les reflets en privilégiant une lampe de petite intensité à diffusion homogène en la positionnant à la perpendiculaire de votre écran, de cette manière vous optimiserez la lisibilité et votre confort visuel. Si en revanche, votre travail englobe de nombreuses activités d’écriture, il faudra privilégier une lampe avec un éclairage directionnel et orienter le flux de lumière vers la feuille de papier pour éviter les zones d’ombres et les éblouissements. Vous pouvez aussi jouer sur des températures de couleur d’ampoules différentes selon la nature de stimulation recherchée et selon l’ambiance que vous souhaitez créer pour favoriser votre concentration ou stimuler votre créativité. La luminosité de l’éclairage sera ainsi plus importante pour un travail de vigilance scientifique que pour un travail de réflexion et de création qui requièrent plus d’intimité et donc des éclairages plus doux.

 

Crédit photo : Pixabay / Unsplash 

Share on Google+1Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

JaimeLeLundi http://www.jaimelelundi.com
JaimeLeLundi est le magazine 100% dédié à la Qualité de Vie au Travail et au Mieux-Vivre en Entreprise. N'hésitez pas à nous contacter pour partager vos points de vue !

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page