Petit exercice de la semaine : accélérer le déambulateur ?

Petit exercice de la semaine : accélérer le déambulateur ?
Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Accélérer le déambulateur ?

 

Ma belle-mère est âgée, elle se sent fragile et, quand elle marche, nous dit souvent « j’ai peur ». Il y a encore quelques mois, elle se déplaçait avec une canne et, quand on venait lui rendre visite ou l’emmener à déjeuner, on l’aidait à avancer en lui tenant le bras. Mais c’était difficile, elle avait de plus en plus peur de trébucher quand elle marchait seule, et elle a voulu un déambulateur. Ça lui a donné plus de confiance, plus de sécurité, c’est mieux, plus facile. Elle ne marchait déjà pas très vite mais le déambulateur a encore ralenti la cadence. Nous avions un peu de mal à tenir le rythme. Alors, nous avons trouvé une idée pour lui permettre d’accélérer sans perdre le bénéfice de la sécurité, mon épouse se met derrière sa maman et avance en poussant sur le déambulateur, je n’ai pas chronométré mais ça marche ! Et ça reste un exercice facile pour ma belle-mère. J’ai repensé à ce qui se passait quinze ans en arrière, quand j’essayais d’aider mon fiston à faire des maths et que je lui disais, d’un air qui exprimait sans doute un léger énervement (pour ne pas dire plus) « mais, c’est facile quand même ». Ce qui lui rendait rapidement et inévitablement la chose encore plus difficile. J’ai enfin compris que ce n’était à moi de dire à l’autre ce qui était facile ou difficile pour lui, qu’il y a plus de chances de réussite quand c’est lui qui le dit. Et demander ce qui est facile et ce qui est difficile est une super question à laquelle il est facile de répondre.

Alors, ce matin, avant de plonger dans vos 437 mails de la semaine, vous avez le choix pour rendre plus facile la marche en avant de votre équipe :

□ A la prochaine réunion, après un temps d’inclusion, proposez à chacun de dire ce qui a été facile et ce qui a été difficile dans la semaine qui vient de s’écouler. Au début, vous n’aurez peut-être pas beaucoup de réponses, mais en répétant souvent l’exercice, vous aurez rapidement beaucoup d’idées pour améliorer la qualité de vie au travail.

□  Faites une liste de ce que vous imaginez être facile pour vos collaborateurs, et vérifiez si c’est vraiment le cas.

□ Dans ce que vous demandez à vos collaborateurs, demandez-vous comment vous pouvez rendre certaines actions beaucoup plus faciles.

____________

Speed up the rollator ?

 

My Step-mother is an old lady and when walking, she often expresses her fear to fall down. A few months ago, she was still able to walk with the help of a cane and, when we paid a visit or took her for lunch, we would help her by holding her arm. But it was difficult, she was more and more frightened to stumble when walking alone, so she set up for a rollator. She felt more confident and safe, walking became easier. Before the rollator, her walking was already quite slow, but the new solution slowed it down. For us keeping in pace proved difficult. But we had an idea to speed-up her pace and keep it safe at the same time. My wife walks behind her Mum and pushes on the rollator, I did not time the result but it is definitely an efficient solution. And it is still easy for my step mother. I thought of the way I behaved 15 years ago, when I tried to help my son improve his mathematics level and I said to him, in a slightly irritated tome (not to say more): “but it is easy!” This sentence would inevitably increase immediately the level of difficulty. In the end, years later, I came to understand that it was not I who was supposed to say to the other person what was easy and what was difficult for her and the potential of success increased if the person had her say, not me. All the more, ask someone what is easy and what is difficult brings easy answers.

This morning, before starting to answer your 452 daily emails, you have a good opportunity to increase the quality of work life of your team, by choosing one option:

□ During your next team meeting, after an inclusion sequence, suggest that everyone expresses what was easy and what was difficult for him to achieve during the week before the meeting. You might not get all the answers you expect, but, when repeating the exercise, you will soon have many ideas to improve the quality of life at work

□ List what you imagine are easy matters for your staff, and check the staff has the same opinion, or

□ Think about some solutions to ease what you are asking your staff to deliver.

Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page