Petit exercice de la semaine : Une école d’attention (English version below

Petit exercice de la semaine : Une école d’attention (English version below
Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Une école d’attention

Il y a quelques jours, j’ai croisé deux personnes sur une piste de ski de fond, dans les Alpes. L’une était aveugle, l’autre l’accompagnait. J’ai été frappé par la qualité de l’attention du guide, la multitude de gestes de prévenance sans doute mille fois répétés qui permettait – du moins je l’imagine – à la personne aveugle de ressentir comme moi les sensations de la glisse, d’écouter le bruit de la neige qui crisse. Au-delà de la sécurité physique indispensable, il y avait sans doute aussi l’attention, la vraie.

J’ai relié la scène à un livre que j’étais en train de lire, qui décrivait le comportement d’un homme célèbre : « son ascendant extraordinaire venait de son regard. Aucun homme jamais ne vit les yeux bruns et brûlants de François B se poser sur lui sans savoir avec certitude qu’il s’intéressait à lui, à sa vie intérieure en ce qu’elle avait d’unique et que, pape ou mendiant, sultan sous sa tente ou voleur au coin des bois, il se sentait traité comme un roi, avec une courtoisie naturelle qui illustrait un parfait respect ».

Vous avez peut-être deviné que cet homme célèbre est François d’Assise, le fondateur de l’ordre des franciscains, décrit par G.K Chesterton.

Alors, ce matin, avant de plonger dans vos mails de la semaine…

□ Faites un geste d’attention inhabituel.

□ Demandez-vous si une personne de l’équipe gagnerait à être accompagnée pour que son parcours de ski de fond soit plus facile et plus agréable.

□ Lisez le livre de Chesterton sur Saint François d’Assise, il est rempli d’idées intéressantes.

 

A school of attention

A few days ago, I was cross country skiing when I came across two people on the track. One was a blind man and the other one helped him. I was struck by the quality of attention of the guide, the multitude of attentive and caring gestures, no doubt accomplished a thousand times. These gestures allowed—at least I wish—the blind person to feel the gliding sensation, to listen to the snow cracking just as I did. Notwithstanding the indispensable physical security, it was first of all a relationship of true attention.

I linked the situation to a book I was reading. The book included the description of a famous man:” His extraordinary ascent originated in the way he looked at people. No man ever saw the brown and burning look of Francesco B directed at him without being absolutely sure that Francesco paid a full attention to him, to his inner life as a unique life, whether pope or beggar, street thief of sultan in his tent. This person would immediately feel he was treated like a king, with natural courtesy and total respect

Maybe you guessed that this famous man is Francis of Assisi founder of the Franciscan order of monks, described by J.K Chesterton

Before starting to answer your 452 daily emails, you have this morning a good opportunity to increase the quality of work life of your team, by choosing one option:

□ Pay attention in an unusual way to someone in your team.

□ Ask yourself if your help would allow someone in the team to have a much more pleasant and joyful cross country skiing time.

□ Go and read J.K Chesterton’s book on Saint Francis of Assisi, it is full of brilliant ideas.

Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page