Petit exercice de la semaine : le bonheur des yeux (read the English version below)

Petit exercice de la semaine : le bonheur des yeux (read the English version below)
Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Le bonheur des yeux

 

Au temps des smartphones qui disent Papa-Maman, il y a un appareil qui est important pour moi, c’est mon appareil photo. J’avoue que, pour prendre des photos, je le préfère au smartphone. J’ai mis du temps mais j’ai réalisé progressivement qu’il m’apprend à regarder et à ressentir la beauté. Apprendre à cadrer, à chercher la lumière, à faire ressortir un détail… la photo est pour moi une école du regard. C’est aussi devenue une école de beauté et si on cherche un peu, il y a de la beauté partout : dans un étalage de fruits et légumes bien alignés sur le marché du samedi, dans le soleil qui se reflète sur les carreaux d’une maison, dans l’ombre d’un passant à contre-jour, dans le regard d’un enfant. La photo m’apprend cela, chercher la beauté. Et la beauté est une clé vers le bonheur. Percevoir la beauté est une source de calme, d’anti-stress qui recharge mes batteries, qui me fait sortir du quotidien par son côté intemporel. Chacun a son idée de la beauté mais la beauté est importante pour chacun. Elle est source de joie, de plaisir.

Alors, ce matin, avant de plonger dans vos mails de la semaine…

□ Regardez autour de vous, si tout est exclusivement et 100 % fonctionnel. Si vous ne voyez pas de « source de beauté », décidez d’en mettre une petite graine, c’est toujours possible.

□  À la prochaine réunion, proposez à chacun d’apporter un objet qui est pour lui un reflet, une source de beauté et d’en parler. Cela aura un effet bénéfique sur la cohésion de l’équipe.

□ Faites réfléchir votre équipe pour « mettre de la beauté » dans le travail, dans les mails, les projets, ce qui fait la vie quotidienne au-delà de l’environnement de travail.

 

The importance of beauty

 

Nowadays, smartphones can cover all your needs but, to me there is still an important tool that my smartphone has not suppressed: it’s my photo camera. I must admit that I prefer it whenever I wish to take pictures. It took me quite a time, but I progressively realized that my camera teaches me how to look at things and people, how to feel beauty. Shooting pictures is a true school for educating one’s eyes when you have to look for the right frame, the best light, the smartest way to magnify a detail. It is also a school for the quest of beauty, and if you start looking for it, beauty is everywhere: in a fruits and vegetables display on a Saturday’s market, in the reflection of the sun in a windowpane, in the shadow of a passersby in backlight, in the eyes of a child. Shooting teaches me about beauty, about the quest for beauty. And beauty is a source of happiness. Perceiving beauty is a remedy against stress, it recharges my batteries, helps me to step back from daily business because beauty is timeless. Everyone has his own perception of what beauty is, but, for everyone, beauty is essential, it is a source of joy and pleasure.

Before starting to answer your 452 daily emails, you have this morning a good opportunity to increase the quality of work life of your team, by choosing one option:

□ Look around, if your working environment is 100% functional, and you can see no source of beauty, decide to add one seed of beauty. I am sure you can find one.

□ For your next team-meeting, ask everyone to bring an object that is for him a true source of beauty and to explain the reason why. It will benefit the team’s spirit

□ Ask your team to brainstorm on “how to add beauty in the work it delivers », in emails, in projects, in services.

Source de l’image à la Une : Flickr (Ferran Jordà)

Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page