Petit exercice de la semaine : délit de fuite

Petit exercice de la semaine : délit de fuite
Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Je vais vous faire un aveu, j’ai fait, dans ma jeunesse, quelque chose de pas très bien. J’y ai repensé l’autre jour, sur mon vélo. Je roulais à contresens des voitures grâce aux planificateurs de la Mairie de Paris (qui ont mis 350 kilomètres de rues en piste cyclable) et une camionnette qui roulait vite a, pour m’éviter, explosé le rétroviseur d’une voiture sagement garée. Le gros « bang » ne l’a pas arrêtée, elle a plutôt accéléré.

Je me suis souvenu que j’avais fait, dans les premiers mois de mon permis tout neuf, quelque chose de similaire sur une aile de voiture en voulant me garer un soir tard. J’avais mal dormi cette nuit-là, d’autant que le signe de mon forfait était là, tout près. Le matin, je m’étais décidé, j’avais écrit le petit mot à mettre sur le pare-brise de ma victime et je m’étais levé à potron-minet pour libérer ma mauvaise conscience. Mais trop tard, la voiture était partie… J’y ai souvent repensé depuis, comme à une petite tache. Oh, pas grand-chose, d’un côté, il n’y avait pas mort d’homme. Mais en même temps beaucoup, il y avait blessure d’une forme d’honneur personnel que je cultivais, de la triche, quelque chose qui n’était pas en accord avec moi-même, la mise en évidence de quelque chose de mal. Je vous assure, j’y ai souvent repensé, ça m’a marqué. Ça n’est pas toujours aussi simple que cela de choisir entre le bien et le mal, ce serait trop facile, mais quand même, je ne vais pas vous faire un cours sur le discernement, ça aide d’avoir des repères.

Alors, maintenant, c’est à vous de choisir une action dans la liste. Ce matin, avant de plonger dans vos mails de la semaine…

□ Il y a peut-être une petite bricole récente qui traine dans votre esprit de manager et que vous pouvez facilement réparer.

□ Prenez le temps de l’analyse : est-ce qu’il y a un point, dans l’actualité de votre équipe, sur lequel vos collaborateurs ont le sentiment clair que vous avez fait une erreur ? Si oui, ça vaut peut-être le coup de l’assumer à la prochaine réunion, vous verrez, ça fera monter le niveau de considération à votre égard.

□ Plus fort, si vous faites quelques flash-backs, vous avez peut-être une pratique de non-dits sur je ne sais quel sujet, à vous de voir.

C’est toujours mieux de partir en vacances l’esprit libre !

 

Source image à la Une

Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page