Motoculter mon équipe un peu, beaucoup, passionnément ?

Motoculter mon équipe un peu, beaucoup, passionnément ?
Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

Ce weekend, j’ai fait du motoculteur, j’ai un jardin et c’est l’époque. J’avais une bande de terrain à faire, et c’était dur. Je ne sais pas si vous pratiquez l’outil, mais il faut y aller sans mollir, du véritable labourage. Au début, j’ai visé la perfection, pas un seul brin d’herbe ne devait échapper, pas une radicelle ni un caillou. Ensuite, je me suis calmé, surtout quand mon épouse m’a dit que c’était pour mettre de la jachère fleurie. Ça m’a fait réfléchir à la métaphore du jardinier et de l’ingénieur, imaginée par un ancien prix Nobel d’économie dont je ne retrouve plus le nom.

Face à une situation, par exemple faire pousser des légumes, on se comporte souvent comme un ingénieur ou comme un jardinier : l’ingénieur va vouloir tout baliser, contrôler, piloter alors que le jardinier sait qu’il ne maitrise pas l’essentiel : le rythme des saisons, le temps qu’il fait. Le jardinier va donc agir sur ce qui est de son ressort : choisir d’arroser le soir et non en plein soleil, planter ce qui correspond à la nature de la terre, par exemple. Avec mon motoculteur, j’avais commencé comme un ingénieur, pour passer ensuite en mode jardinier.

Au quotidien, comme manager, on se positionne souvent comme ingénieur, souvent sans toujours réfléchir. Pourtant, cette position n’est pas toujours source de qualité de vie au travail ni pour le manager, ni pour ses collaborateurs.

Alors, maintenant, c’est à vous de choisir une action dans la liste.

Ce matin, avant de plonger dans vos mails de la semaine…

□ Demandez-vous si vous êtes en pilotage automatique sur la position « ingénieur ». Si oui, essayez la position « jardinier » sur un sujet sans risque.

□ Retravaillez le tableau de bord le plus complexe que vous demandez à votre équipe pour en faire une version un peu plus « jardin ».

□ Analysez ce que vous pouvez diminuer comme activité face à votre écran pour passer un peu plus de temps sur le terrain.

Source image à la Une

Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0

A propos de l'auteur

Thierry Bourgeon http://www.symbiosis-consultants.net/
Thierry BOURGEON s’est retrouvé presque par hasard à travailler en entreprise. Son rêve était d’être photographe : observer, créer, faire plaisir aussi. Ce sont ces moteurs qui le font agir aujourd’hui dans son métier de consultant. Après HEC, loin d’être dans les starting-blocks pour suivre une voie royale dans une grande entreprise, il s’immerge dans l’étude du chinois, puis part deux ans dans le Pacifique « faire son service ». Il en garde un goût pour la découverte d’autres cultures. En 1977, Il trouve sa voie professionnelle dans un cabinet de consultants qui pratique la créativité à haute dose alliée à la rigueur et à l’exigence. Depuis cette découverte, il invente de nouvelles manières de former, de faire un diagnostic, de donner envie à une équipe et une entreprise de se transformer, de construire. Il crée SYMBIOSIS-Consultants en 1986, avec la volonté de conjuguer créativité, plaisir au travail, rigueur. Progressivement, aidé de l’arrivée de deux associés, il développe une vision : aider les collaborateurs à « être bien dans leurs baskets », à l’aise dans la pratique de leur métier, dans leur équipe, leur entreprise. On n’est pas loin de la qualité de vie au travail ! Ce qui le fait courir, c’est sa foi en l’homme, sa foi en Dieu.

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire





Retour au haut de page